Page d'accueil > Propos du porte-parole
Conférence de presse du 9 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2019/09/09

À l'invitation du Premier Ministre russe Medvedev, le Premier Ministre Li Keqiang effectuera une visite officielle en Russie et participera à la 24e rencontre régulière des Premiers Ministres chinois et russe du 16 au 18 septembre.

Q : La Chancelière allemande Angela Merkel vient de terminer sa visite en Chine le week-end dernier. Quel est votre commentaire sur sa visite ?

R : Je vois que vous vous intéressez tous à la visite de la Chancelière Angela Merkel en Chine. Ayant effectué 12 visites dans notre pays, ce qui fait d'elle l'une des dirigeants occidentaux qui ont effectué le plus de visites en Chine et qui la connaissent le mieux. Pendant la visite de la Chancelière Angela Merkel en Chine, les deux parties ont signé plusieurs documents de coopération et se sont dites satisfaites des résultats de sa visite. La partie chinoise a publié des communiqués de presse sur les détails de la visite. Je pense qu'au moins trois consensus ont été atteints à cette occasion.

Premièrement, les deux parties ont fait preuve d'un sens de la responsabilité vis-à-vis du multilatéralisme et du libre-échange. Dans un contexte où notre monde est plein d'incertitudes et d'instabilité avec la résurgence du protectionnisme et de l'unilatéralisme, la Chine et l'Allemagne ont besoin plus que jamais de renforcer la communication et la coordination stratégiques pour faire face ensemble aux défis auxquels l'humanité est confrontée. Comme l'a souligné la Chancelière Angela Merkel, l'unilatéralisme et le protectionnisme ont également des retombées négatives sur l'Allemagne, et la Chine a également droit au développement et son processus de développement ne doit pas être entravé. Dans l'esprit du multilatéralisme et du libre-échange, l'Allemagne est prête à renforcer la communication et la coordination avec la Chine dans les affaires internationales.

Deuxièmement, les deux parties ont réaffirmé leur consensus sur l'élargissement des marchés dans les deux sens en adhérant à l'idée de l'ouverture et de l'inclusion. La Chine a réitéré que son engagement d'ouvrir encore plus largement son marché ne changerait pas. Une ouverture accrue du marché chinois offrira davantage d'opportunités à l'Allemagne et à d'autres pays du monde. Un grand nombre d'entreprises allemandes sont les premières bénéficiaires de l'ouverture accrue de la Chine. Le groupe BASF travaille activement à la construction d'un complexe de chimie raffinée, société à capitaux exclusifs allemands de 10 milliards de dollars créée dans le Guangdong, en Chine. Des constructeurs automobiles allemands, dont Volkswagen et BMW, augmentent également leurs investissements en Chine et renforcent leur coopération en matière de recherche et développement avec leurs homologues chinois. La Chancelière Angela Merkel a déclaré que l'Allemagne accueillait comme toujours les entreprises chinoises qui viennent investir en Allemagne.

Troisièmement, les deux parties ont réaffirmé leur volonté d'approfondir la coopération mutuellement avantageuse. L'Allemagne est le plus grand partenaire économique et commercial de la Chine en Europe, et la Chine est le premier partenaire commercial de l'Allemagne depuis trois années consécutives. Pendant cette visite, les deux parties ont tenu un symposium des membres du Comité consultatif économique Chine-Allemagne et la session annuelle 2019 du forum du dialogue Chine-Allemagne, et ont formulé des propositions de coopération dans six grands domaines. Les deux parties partagent de larges perspectives de coopération dans des secteurs émergents, tels que les automobiles à énergie nouvelle, la fabrication intelligente, l'intelligence artificielle et la numérisation et 5G. Nous avons la conviction que notre coopération apportera des avantages plus substantiels aux entreprises et aux peuples des deux pays.

La Chine est prête à travailler de concert avec l'Allemagne, dans la poursuite du respect mutuel, du dialogue et des consultations, et dans le respect des voies de développement réciproques et la prise en considération des intérêts fondamentaux respectifs, pour être partenaires stratégiques pour le dialogue sur un pied d'égalité, la coopération mutuellement avantageuse, l'apprentissage réciproque et l'inspiration mutuelle, et travailler au mieux-être des deux peuples.

Q : Selon des reportages, le 7 septembre, le porte-parole de l'agence nucléaire iranienne a annoncé des mesures spécifiques relatives à sa troisième phase de réduction des obligations nucléaires, notamment la mise au point d'un ensemble de centrifugeuses avancées pour augmenter encore les capacités d'enrichissement d'uranium. Le porte-parole a également souligné que la partie européenne devrait s'acquitter de ses obligations en vertu du JCPOA et que l'Iran pourrait à tout moment s'acquitter des siennes une fois que les bons offices diplomatiques visant à sauver le JCPOA auront progressé. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : J'ai noté les reportages concernés. La Chine considère toujours que les pressions maximales exercées par les États-Unis sont à l'origine des tensions actuelles autour du problème nucléaire iranien. Les États-Unis devraient renoncer à leur approche erronée de sanctions unilatérales et de pressions maximales. Dans le même temps, les autres parties à la JCPOA devraient œuvrer à appliquer intégralement et efficacement le JCPOA. Nous espérons que les parties concernées déploieront des efforts dans le même sens et travailleront à la détente de la situation iranienne. La Chine entend œuvrer avec les autres parties à cette fin.

Q : La semaine dernière, le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré que les États-Unis persuaderaient d'autres pays de « critiquer » la Chine pour sa politique à l'égard de la population ouïghoure au Xinjiang. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Comme vous avez déjà visité le Xinjiang, je pense que vous ne serez pas d'accord avec M. Pompeo sur ce point.

Ce n'est pas la première fois que des responsables américains font des remarques irresponsables sur la politique chinoise du Xinjiang en faisant fi des faits, et s'ingèrent gravement dans les affaires intérieures de la Chine. Nous exprimons notre vif mécontentement et notre ferme opposition à cet égard.

Les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun pays étranger n'a le droit d'y intervenir. Le gouvernement chinois vient de publier un livre blanc donnant un compte rendu complet des centres d'enseignement et de formation professionnels du Xinjiang. En créant ces centres conformément à la loi, le gouvernement du Xinjiang vise à sauver les personnes qui ont été dupées par les forces terroristes voire les ont rejointes, et qui ont commis des infractions mineures, pour les aider à se débarrasser des idées extrémistes. De par leur nature, ces mesures ne sont pas différentes des mesures de déradicalisation et de lutte préventives antiterroristes prises par bon nombre de pays dans le monde. Grâce à ces mesures, le Xinjiang maintient une stabilité sociale, une dynamique économique favorable et une harmonie entre les différentes ethnies, et aucune attaque terroriste n'a eu lieu pendant les trois dernières années. Les habitants de toutes les ethnies soutiennent les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme et préserver la stabilité.

Les ambassadeurs et les représentants des missions diplomatiques d'un grand nombre de pays étrangers accrédités en Chine se sont rendus dans le Xinjiang ces derniers temps pour voir de leurs propres yeux son développement socio-économique, y compris les centres de formation et d'enseignement professionnels. Tous ceux qui y sont allés ont fait des commentaires positifs sur ce qui a été fait par le gouvernement chinois dans la prévention et la lutte contre le terrorisme, et ont estimé que l'on pouvait tirer des enseignements de l'expérience réussie du Xinjiang. Les ambassadeurs de 50 pays auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, dont la Russie, le Pakistan, l'Arabie saoudite et l'Algérie, ont cosigné une lettre adressée au Président du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et à la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. Après avoir observé les faits réels grâce à leur visite dans le Xinjiang, les ambassadeurs ont souligné que ce qu'ils avaient vu et entendu était tout à fait différent de ce qui avait été rapporté par l'Occident. Ils ont apprécié les réalisations de la Chine en matière de droits de l'homme et le fait que la création des centres de formation et d'enseignement professionnels dans le Xinjiang et d'autres mesures de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme permettaient de protéger efficacement les droits fondamentaux de l'homme, et exhorté les pays concernés à cesser de lancer des accusations injustifiées contre la Chine.

Comme dit un proverbe chinois : « Un homme honnête n'a pas besoin de s'expliquer, tandis qu'un homme malhonnête demeure méchant même s'il s'explique mille fois. » Les mensonges de politiciens américains, incapables de duper le monde, ne feront que révéler davantage leurs intentions politiques inavouables. Nous les exhortons à cesser d'observer les choses sous une optique tendancieuse, à rejeter la mentalité obsolète de la guerre froide, à cesser d'utiliser les questions liées au Xinjiang pour s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, à cesser de faire des remarques noircissant et attaquant la Chine, et à agir davantage pour contribuer à la confiance et à la coopération entre la Chine et les États-Unis.

Q : Vous avez annoncé tout à l'heure la visite du Premier Ministre Li Keqiang en Russie. Pourriez-vous partager plus d'informations sur la 24e rencontre régulière des Premiers Ministres chinois et russe ? Et qu'attend la Chine de cette visite ?

R : Nous tiendrons dans quelques instants un point de presse sur la visite du Premier Ministre Li en Russie. Je vais donc vous donner un bref aperçu ici.

Cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie ; les relations entre les deux pays restent solides et pleines de vitalité malgré les épreuves du temps. Le Président Xi Jinping, lors de sa visite historique en Russie en juin dernier, a annoncé conjointement avec le Président Poutine l'instauration d'un partenariat stratégique global de coordination dans la nouvelle ère, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans l'histoire des relations bilatérales et les hissant à un niveau supérieur.

La rencontre régulière des Premiers Ministres chinois et russe, qui existe depuis 23 ans, constitue une plate-forme efficace pour la coordination, la planification et la promotion de la coopération pragmatique et des échanges socioculturels entre les deux pays. La visite du Premier Ministre Li Keqiang en Russie et sa rencontre avec son homologue russe Medvedev, la 24e dans l'histoire des rencontres entre les chefs de gouvernement des deux pays, est aussi la première rencontre entre les deux Premiers Ministres depuis l'entrée des relations sino-russes dans une nouvelle ère. Elle revêt donc une grande importance puisqu'elle permettra de poursuivre l'œuvre des prédécesseurs et de frayer un chemin d'avenir. Lors de la visite, le Premier Ministre Li Keqiang et le Premier Ministre Medvedev s'entretiendront, rencontreront ensemble la presse et participeront à une cérémonie de signature et à un banquet de bienvenue. Ils échangeront leurs points de vue sur la mise en œuvre du consensus important réalisé par les deux Présidents et sur le renforcement de la coopération mutuellement avantageuse dans différents domaines, pour planifier les actions de la prochaine étape et en fixer clairement les objectifs, et faire avancer les relations sino-russes pour un plus grand développement avec un nouveau point de départ historique. Nous avons la certitude que la visite du Premier Ministre Li Keqiang donnera une impulsion plus forte aux relations bilatérales, au développement partagé et à la revitalisation commune des deux pays, et offrira également une garantie plus solide à la Chine et à la Russie pour leur permettre de faire face conjointement aux risques et défis extérieurs.

Q : Apple a déclaré vendredi dernier que des Ouïghours du Xinjiang utilisant des iPhone avaient été attaqués par des pirates informatiques pour avoir surfé sur des sites de la communauté ouïghoure. La partie chinoise est-elle au courant de cela ? Des citoyens chinois ont-ils été impliqués dans des attaques contre ces sites ?

R : J'ai remarqué le reportage que vous avez mentionné, mais je ne suis pas au courant de ce qu'il décrit.

La position de la Chine sur la cybersécurité est constante. Je tiens à réitérer que la Chine est un ferme défenseur de la cybersécurité. Nous nous opposons toujours fermement aux cyber-attaques sous toutes leurs formes et nous les combattons. Nous préconisons des efforts internationaux par le dialogue et la coopération pour lutter contre les menaces à la cybersécurité sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Q : Selon des médias, l'ancien Vice-Premier Ministre italien et Ministre du Développement économique, Luigi Di Maio, occupera le poste de Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans le nouveau gouvernement italien. Qu'attend la Chine des relations entre les deux pays et de la coopération entre les deux Ministères des Affaires étrangères ?

R : M. Luigi Di Maio, qui a occupé un poste important dans le gouvernement italien précédent, est venu plusieurs fois en Chine et a signé avec la Chine un mémorandum d'entente intergouvernemental sur la coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route », ce qui a été très apprécié par la Chine. Après qu'il a pris ses fonctions de Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi lui a adressé sans tarder un message de félicitations, lui souhaitant de grands succès dans ses nouvelles fonctions.

Les relations sino-italiennes se développent avec un bon élan et les deux Ministères des Affaires étrangères maintiennent une bonne communication et une bonne coordination. La Chine entend approfondir la coopération avec le Ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale en valorisant pleinement le rôle de la Commission gouvernementale Chine-Italie dans la coordination et la promotion des échanges et de la coopération, dans l'approfondissement des consultations dans les affaires internationales, pour promouvoir la multipolarisation mondiale, la libéralisation du commerce et une coopération fructueuse gagnant-gagnant entre les deux pays.

*********************************************************************

Le 12 septembre, à 16 h 30, le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la province du Hunan organiseront une séance de promotion, dans le bâtiment sud du Ministère des Affaires étrangères, sur le thème de « La Chine dans la nouvelle ère : le Hunan innovant embrasse le monde ». Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera à l'activité et prononcera un discours. Le Secrétaire du Comité du PCC pour le Hunan, Du Jiahao, et le gouverneur Xu Dazhe prononceront également des discours pour présenter la province. Des représentants des diplomates étrangers accrédités en Chine sont invités à dialoguer avec les participants.

Avec pour stratégie de développement globale l'ouverture et la croissance axées sur l'innovation, le Hunan s'est engagé à innover dans les domaines des sciences et technologies, des produits, de la culture et de la lutte contre la pauvreté, et a obtenu de nombreux résultats dans le développement de haute qualité. Cette séance de promotion présentera les principales réalisations économiques et sociales du Hunan des 70 années depuis la proclamation de la République populaire de Chine, le rôle actif joué par le Hunan dans la construction de « la Ceinture et la Route », les atouts géographiques du Hunan dans la zone de transition entre la région côtière de l'est et la région du centre et de l'ouest, et la zone périurbaine entre la ceinture économique du Changjiang (Yangtsé) et la ceinture économique ouverte côtière pour former une nouvelle architecture du développement, et mettre en place une plate-forme permettant aux différentes parties de mieux connaître et sentir le Hunan et d'élargir la coopération avec le Hunan. Vous êtes les bienvenus pour assister à cette séance de promotion et la couvrir.

Recommander à
  Imprimer
CONSULAT GENERAL DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE A LYON © Copyright